Conseils - Voyage Evasion

Archive pour la catégorie ‘Conseils’

PostHeaderIcon Que faire quand on a raté l’avion de peu ?

Avion-JaponUne fois j’avais acheté un billet retour pour la France, via une agence de voyage nippone à Tokyo. Cependant celle-ci avait oublié de me préciser qu’il fallait, lors de l’escale que je change d’aéroport. Venant de Tokyo, je me suis donc retrouver à Heathrow cherchant à trouver le bon terminal.

J’ai cherché, demandé à des gens mais lorsque je suis tombé sur une personne qui m’a dit que ce n’etait pas dans cet aéroport mais celui de Stanted à 45 minutes en bus, il était déjà trop tard, le temps que le bus parte plus celui du trajet et les formalités d’embarcation. Lire la suite de cette entrée »

PostHeaderIcon Les escroqueries en Thaïlande

Quand vous voyagez en Thaïlande, en tant qu’étranger ne connaissant rien ou peu du pays, de sa culture, de sa géographie et, ne sachant pas parler la langue, vous êtes toujours une cible vulnérable mais aussi intéressante du point de vue financier.

Cependant avec un peu de bon sens la plupart des escroqueries peuvent être facilement évités.

-Une arnaque courante chez les rabatteurs, les chauffeurs de taxi et les chauffeurs de tuk-tuk econsiste à attendre à coté de monuments importants ou de temples, et d’ harponner les voyageurs en leur disant que le site est fermé pour une « fête bouddhiste », » Réparations « ou un motif similaire. Le pilote « coopératif » proposera alors au voyageur de l’emmener vers un autre site, comme un marché ou un magasin. Mais les voyageurs qui acceptent ces offres finissent souvent par être confrontés à des prix exorbitants; et pas moyen de revenir vers le centre de la ville d’où ils viennent. Vous devez donc toujours vérifier à l’entrée principale du site que vous visitez pour s’assurer qu’il est bien fermé.

-Certains pilotes de tuk-tuk peuvent exiger des prix beaucoup plus élevés que prévus, ou ils pourraient vous emmener voir un spectacle de sexe, prétendant qu’ils ont mal compris l’adresse que vous leur avez indiqué (ils obtiennent des commissions de sex-shows). Pour la même raison, éviter les conducteurs qui proposent leurs services, en particulier à proximité des attractions touristiques majeures.

-N’achetez pas de visites guidées à l’aéroport. Si vous le faites, ils vont téléphoner à plusieurs reprises à votre hôtel pour vous rappeler au sujet de la tournée. Pendant la visite, vous serez emmené vers un petit temple, sans guide, puis un magasin après l’autre (ils obtiennent là aussi des commissions). Ils peuvent refuser de vous ramener chez vous jusqu’à ce que vous voyiez tous les commerces. Sur votre chemin du retour, ils vous poussent à acheter encore des visites.

-Facilement identifiable avec la pratique, il n’est pas rare dans les zones touristiques d’être abordé par un homme bien habillé avec souvent un téléphone portable à la main. Ces escrocs vont démarrer une conversation polie avec le touriste. Inévitablement, la conversation va dériver à l’escroquerie. Cela peut être quelque chose d’aussi anodin que sur les tickets d’un repas, de spectacle Kantok, ou bien une arnaque de jeu. Mais une fois identifié, le voyageur sur ses gardes devrait avoir aucune difficulté à le dénoncer. L’escroc typique de ce genre est celui au pantalon bien repassé avec une chemise, une coupe de cheveux bien entretenues avec un téléphone portable à la main.

-Beaucoup de visiteurs rencontreront les jeunes dames munis d’un presse-papiers et vous demandant de les aider à gagner 30 baht. Le visiteur remplit un questionnaire en rapport avec le tourisme (qui comprend le nom de leur hôtel et leur numéro de chambre) avec à la clefs un tirage au sort pour gagner un lot. Mais en fait, tout le monde reçoit un appel pour dire qu’ils sont «gagnant». Cependant, pour bénéficier du « lot gagné » vous devez assister à une représentation où il faut payer des frais. Notez que la dame avec le presse-papiers n’obtient pas les 30 bath si vous n’avez pas assister à la présentation;

-Une autre plus grave et qui est récente est d’être accusé de vol à l’étalage dans les magasins duty free dans l’aéroport de Bangkok. Cela peut impliquer s’égarer accidentellement dans des limites définies entre les magasins et les stocks de marchandises.Ou bien on peut vous donner certain produit en vous disant qu’ils sont gratuits. Vous devez toujours obtenir un accusé de réception. Quoi qu’il en soit vous risquez la prison ou l’interdiction définitive du territoire si on vous prend entrain de voler.

PostHeaderIcon Passer l’hiver en Thaïlande

Je suis allé en Thaïlande l’année dernière pour y passer les vacances de Noël avec ma compagne. Nous avions décidé de partir pour fuir l’hiver parisien et se prendre de vraies vacances au soleil. Un ami m’avait recommandé la Thaïlande pour ses infrastructures touristiques, le dépaysement total, la nourriture et la beauté de ses plages. Nous n’avons pas été déçus. Je souhaitais pour ma part découvrir la ville de Bangkok, en plus de me prélasser sur les plages. Ne disposant que de 10 jours, nous avons donc opté pour un séjour qui combinait découverte de Bangkok et Farniente dans une île du Sud. Mon ami m’avait parlé d’une île tranquille située dans le golfe de Thaïlande, à quelques heures de la capitale, en direction du Cambodge, Koh Samet. Notre voyage s’organisait donc de la façon suivante: Arriver à l’aéroport de Bangkok, direction le centre ville en taxi, puis quatre nuits à l’hôtel dans le quartier de Silom (le plus pratique selon mon ami) et départ vers Koh Samet (pour 5 jours ) puis retour dans la capitale pour repartir. A Bangkok, nous avons beaucoup marché et visité de nombreux marchés (Patpong). Nous avons parcouru la fameuse Sukhumvit et ses commerces, et nous avons également flâné dans le parc du Lumpini et le Siam center pour aller au cinéma notamment (3 fois moins cher qu’en France). Nous nous sommes principalement déplacé en Skytrain et en taxi et avons combiné restaurants thaï et petits kiosques. J’ai adoré Bangkok même si marchander sans arrêt pour les prix des taxis ou dans les petits commerces est un jeu dont j’avais fini par me lasser. Et puis nous n’avons pas pu voir le tiers de ce que nous aurions souhaité. Nous avons ensuite pris la direction du sud et de Koh Samet, dans un bus tout confort. Le trajet était d’environ 3 heures et nous avons pu découvrir la campagne thaï et ses paysages pittoresques. Puis nous avons pris un bateau pour rallier l’île de koh Samet. La nuit était tombée et nous avons du négocier avec trois gars locaux, car il n’y avait plus de ferry. Nous n’étions que 5 touristes et le port était envahit de chiens pas très accueillants. Après une traversée peu rassurante au cours de laquelle nous avons dû enfiler nos gilets de sauvetage, nous sommes arrivés à destination. Nous nous sommes vus proposés des bungalows très bons marchés dans la zone proche du port où semblait se concentrer le gros des infrastructures. Mais mon amie n’étant pas emballée par le décor de béton et la plage lointaine et invisible, nous avons continué de marcher en nous enfonçant dans l’île. Et là, nous avons trouvé ce que nous étions venu chercher, un petit paradis, une plage de rêve, isolée, avec ses cocotiers et des bungalows en bois. Nous avons pris une petite cabane juste face à l’océan et avons profité de cette sublime vue pendant 5 jours. Nous avons loué un scooter car le centre était assez éloigné, mais la plupart du temps nous restions sur notre plages où les activités ne manquaient pas. Farniente, bronzage, massage, un cocktail au bar, un petit tour en canoë, un tour en bateau, des cours de plongée, d’interminables siestes,… notre tension était proche de zéro tellement nous étions relax. Les gens du resort étaient adorables, le petit déjeuner et les repas excellents, avec notamment des fruits exotiques frais, de succulantes grillades de poissons et de fruits de mer et des currys de toutes sortes. Le seul « hic » ce sont les chiens errants qui squattent les plages. Quand vous faites la sieste et qu’ils viennent se battre sur votre serviette votre tension fait comme les montagnes russes.

Koh Samet compte également un village thaï et une réserve que nous avons visité en scooter. La zone près de l’entrée avait l’air beaucoup moins calme et pas du tout propice à la relaxation avec ses nombreux bars. On y a notamment croisé des hordes d’anglais bedonnants montés sur des Quads avec à l’arrière leurs conquêtes locales.

Nous sommes ensuite repartis vers Bangkok la tête vide de stress et avec un gros pincement au cœur de devoir quitter ce petit paradis. L’hiver nous attendrait à Paris et nous aurions bien prolongé l’été.

PostHeaderIcon Quelques calculs pour décider de la durée de son séjour

Pour rentabiliser un billet d’avion, plus particulièrement quand il est cher, il faut que la durée de son voyage soit la plus longue possible. Mais d’un autre côté, si le séjour est trop long cela va vous couter plus cher. Il faut donc rentabiliser au maximum son séjour tout en dépensant le moins d’argent. Or l’un va à l’encontre de l’autre. Vous ne pouvez ni choisir une durée trop courte ni une durée trop longue. Comment choisir le juste milieu? Lire la suite de cette entrée »

Google+
Facebook
Facebook
Twitter
Archives
Google+