PostHeaderIcon L’Inde autorise la voiture à air comprimé sur ses routes

Un véhicule à air comprimé est un véhicule mû par un moteur à air comprimé. C’est l’air (très) comprimé qui pousse les pistons de son moteur et fait avancer la voiture.

L’utilisation de ce dispositif comme force motrice d’un véhicule remonte à l’époque du développement des chemins de fer et des tramways à traction mécanique où, dans certaines situations, comme les réseaux miniers et urbains, il était nécessaire d’éviter les risques et pollutions inhérents à la locomotive à vapeur ordinaire.

Le concept est français, mais c’est en Inde que ce type de voiture fait son apparition ce mois-ci grâce à l’accord signé il y a quelques mois entre le holding MDI et le constructeur indien Tata Motors.

Lors de sa présentation en 1998 au mondial de Paris, la voiture à air comprimé avait plus amusé que véritablement séduit, car l’idée même que l’on puisse se déplacer rien qu’avec de l’air sous pression paraissait relever de la supercherie. Persévérant, son concepteur, Guy Nègre a néanmoins convaincu un important constructeur, Tata Motors, d’investir dans le projet et de procéder à des tests grandeur nature pour envisager à moyen terme une commercialisation dans son pays. Le 7 mai 2012, cette compagnie qui est la plus importante compagnie indienne de fabrication de véhicules personnels et commerciaux construisant des véhicules très compacts à bas couts, annonce avoir passé avec succès en coopération avec la société MDI, des tests d’utilisation sur des prototypes et commencer une phase de mise en place de processus industriel de fabrication de ce véhicule.

Après 5 ans de tests et de validation du concept, ces deux sociétés sont maintenant en phase d’industrialisation en vue d’une commercialisation.

Cette voiture pourrait coûter dans ce pays autour de 5000€. La Mini CAT qui est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l’air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture.
Un petit émetteur radio y envoie des instructions à l’éclairage, clignotants, et tous les autres appareils électriques (qui ne sont pas nombreux).

La température de l’air pur expulsé par le tuyau d’échappement se situe entre 0-15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation par le système de climatisation intérieure sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance. Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche.

Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies soit environ 0.8€. Cela représente environ le dixième du coût d’une voiture fonctionnant au gaz. Le véhicule a une vitesse de pointe de 105 km/h et possède une autonomie d’environ 300km.

L’approvisionnement en carburant aura lieu dans les stations-service adaptées avec des compresseurs d’air spéciaux. Remplir ne prendra pas plus de quelques minutes et coûtera environ 100 roupies (1€= 69 roupies) et la voiture disposera à nouveaux d’une autonomie de 300 km.
Elle pourra également être remplie chez soi grâce à son compresseur de bord. Il faudra 3 à 4 heures pour remplir le réservoir.

Pour des raisons liées au stockage de l’énergie et au moteur lui-même, le moteur pneumatique pourrait être préféré aux moteurs électriques, en ce qui concerne l’usage des transports.

Efficace et même moins polluant que le véhicule électrique (ce dernier pollue par les composants de ses batteries), le véhicule à air comprimé, très prometteur, souffre pour le moment d’une autonomie limitée. Plusieurs sociétés travaillent pour résoudre ce problème. Patience !

PostHeaderIcon Tokelau, une ile du Pacifique à 100% autonome en électricité

Situé dans le Pacifique-Sud, à mi-chemin entre Hawaï et la Nouvelle-Zélande, Tokelau est un archipel composé de trois îles sous souveraineté néo-zélandaise. La population est d’environ 1500 habitants pour 12 km2. Disposant de ressources naturelles limitées et d’une surpopulation assez importante, ce territoire peine à assurer un large accès de sa population à l’électricité. Soit elle n’y parvient pas soit le prix est très élevé. Aussi le besoin d’une énergie durable et renouvelable s’est vite fait sentir.

Hier, le petit archipel s’est déclaré premier territoire au monde approvisionné à 100% en électricité d’origine solaire grâce à 4032 panneaux solaires totalisant une puissance d’1 MW, qui ont été installés sur les trois îles par Power Smart, une entreprise néozélandaise en collaboration avec IT Power Australia. Le coût est estimé à 5.5 millions d’euros.

Les trois atolls étaient jusqu’ici alimentés par des générateurs fonctionnant au diesel qui lui coûtaient un million de dollars néo-zélandais par an (environ 640.000 euros). Ces générateurs diesel ne vont pas être éliminés. Ils serviront d’appoint (les jours où la production solaire sera faible par exemple). L’économie en diesel réalisée par les Tokelau ira à l’aide sociale.

De plus en plus d’iles, du fait de leurs isolements et donc leurs difficultés à importer de l’électricité, deviennent autonomes en énergie.
En d’autres termes , d’autres états isolés du Pacifique, comme Tonga et les îles Cook, pourraient suivre.

Espérons que cette initiative, davantage dictée par le pragmatisme financier et le bon sens écologique que par le courage, fasse des émules un peu partout dans le monde.

PostHeaderIcon Le Dollar de la Caraïbe Orientale

C’est la monnaie commune de huit pays:
-des territoires qui sont des états indépendants: Antigua-et-Barbuda, la Dominique, Grenade, Saint-Christophe-et-Niévès, Saint-Vincent-et-les Grenadines et Sainte-Lucie.
-deux territoires d’outre mer britanniques: Anguilla et Montserrat.

Ces huit pays sont membres de l’Organisation des États de la Caraïbe orientale.
Appelé « East Caribbean dollar» la monnaie se note EC$.
La populations qui en fait usage est estimée à 600 000 habitants.
Le dollar est-caribéen a remplacé le dollars des indes orientales britanniques (noté BWI$) en 1965. C’est à partir de cette année qu’ont été introduit les billets EC$. Cependant les pièces en BWI$ ont été utilisées jusqu’en 1983. Les pièces en EC$ ont commencé à sortir en 1981. Lire la suite de cette entrée »

PostHeaderIcon Visiter la Foret Nationale d’El Yunque à Porto Rico

Anciennement connue sous le nom de Forêt Nationale des Caraibes, cette foret se trouve au nord-est de l’île.
Elle a été nommée d’après une divinité taino Yuquiyú qui signifie foret de nuage.

El Yunque est une approximation espagnole de ce mot aborigène Taino.

C’est également le nom du pic de la deuxième plus haute montagne dans la forêt.

La forêt est située sur les pentes de la Sierra de Luquillo et comprend 113 km2 de terre, ce qui en fait le plus grand bloc de terres publiques sur l’île. El Toro, le plus haut sommet dans la forêt s’élève 1.065 mètres d’altitude. Lire la suite de cette entrée »

Google+
Facebook
Facebook
Twitter
Archives
Google+